Courgettes, concombre et melons, les cucurbitacées peuvent payer un lourd tribu à l’oidium, une de maladies les plus fréquentes dans un potager. Je connaissais cette affection mais n’en avais jusqu’à présent subi aucune attaque. C’est chose faite cette année et cet article est l’occasion de faire un point sur l’oidium, son traitement et surtout sur la manière de le prévenir avec des méthodes naturelles.

Qu’est-ce que l’oidium

Vous lirez fréquemment que l’oidium est provoqué au potager par un champignon mais en réalité, ce terme est un terme plus générique qui regroupe de nombreux champignons et repose plutôt sur leurs effets, c’est à dire l’apparition de la « maladie du blanc ».

Je vous le disais en introduction, j’ai du faire face pour la première fois à ce fléau cette année. Ce sont mes courgettes qui ont donné l’alerte, les feuilles apparaissant flétries, un peu ratatinées et les fruits se desséchant avant de parvenir à maturité. La présence du fin duvet blanc caractéristique de l’oidium sur les feuilles des courgettes n’était pas franchement évident mais en faisant le tour des carrés potagers, je finis par le découvrir sur celles d’un plant de concombre par ailleurs en pleine forme et très productif.

Plantes atteintes et symptômes

La maladie oïdium maladie cryptogamique due à un champignon peut atteindre les courgettes dans un potager en carrésUne rapide recherche sur Internet révèle que de nombreuses plantes (et pas seulement celles de nos carrés potagers) sont sensibles à la maladie. La liste suivante est loin d’être exhaustive mais permet de se faire une idée des ravages que la présence de l’oidium peut réaliser dans un jardin : courgette, tomate, vigne, melon, concombre, chêne, aster, aubépine, artichaut, rosier, érable, endive, aubergine, verveine …

Les premiers signes de la maladie sont l’apparition d’une fine poudre blanche que l’on peut retrouver sur les feuilles ou sur les fruits des plantes atteintes. Elle est parfois très discrète et c’est ainsi que je ne l’avais pas identifiée au départ sur mon plant de concombre. Dans une deuxième phase ou en l’occurrence d’emblée sur les jeunes plants de courgette de mon potager en carrés, les feuilles se déforment en gondolant avant de se dessécher. Les plantes vigoureuses survivent au prix d’une diminution de leur production alors que les plus jeunes ou chétives dépérissent et finissent par mourir.

Traitement de l’oidium dans un potager en carrés

Plusieurs traitements peuvent être mis en œuvre de façon aussi précoce que possible lors de l’apparition de la maladie.

Élimination rapide de tous les éléments atteints : une surveillance quotidienne du potager en carrés permet de déceler les premiers signes de l’atteinte par l’oidium. Les feuilles affectées seront coupées et éliminées par incinération

Utilisation d’un purin de prêles : il s’agit ici du traitement le plus naturel de l’oidium. Il s’utilise en pulvérisation pour éliminer la maladie une fois que cette dernière est installée mais aussi, et c’est ce que j’ai hélas négligé de faire, en prévention avec une pulvérisation tous les 15 jours, d’autant que cette préparation est 100% inoffensive pour toutes les variétés de plantes du potager.

Emploi du bicarbonate de soude : 1 cuillère à café de bicarbonate de soude, 1 cuillère à café de savon de Marseille liquide et 1 litre d’eau. Ce mélange pulvérisé sur les feuilles diminue l’acidité de leur surface indispensable au développement de l’oidium

Mettre à profit les capacités antifongiques naturelles du lait : mélangez du lait écrémé (pour éviter les odeurs de rancissement des matières grasses) en mélange avec de l’eau et pulvérisez l’ensemble des feuilles. Cette méthode permet également de renforcer les défenses naturelles des légumes des carrés potagers. L’addition d’ail permet de combiner au mélange précédent les propriétés antifongiques du soufre.

Utilisation du soufre ou de la bouillie bordelaise : moins naturelles que les méthodes précédentes, ces 2 substances peuvent tout de même être employées en culture biologique à condition de respecter scrupuleusement les dosages préconisés. Elles seront plutôt réservées aux cas d’infestation massive ou lors d’échec des techniques les plus naturelles.

feuilles de courgettes atteintes d'une maladie cryptogamique appelée oïdium provoquée par un champignon

Prévention de l’oidium

Les champignons sont des maladies cryptogamiques qui se développent préférentiellement dans des milieux confinés et très chargés en humidité. Certaines précautions fort simples permettent de limiter le risque d’apparition de l’oidium dans un potager en carrés.

Espacer suffisamment les différentes plantes : on évitera notamment de regrouper sur des parcelles attenantes des plants au feuillage trop important, les végétaux les plus exubérants tels que les concombres seront disposés en bordure de planches et proprement palissés.

Nettoyer régulièrement : l’entretien régulier du sol par griffage, la mise en place d’un paillis, le retrait des feuilles fanées sont autant de mesures qui renforceront les défenses des plantes et permettront d’éliminer l’oidium dès les premiers signes

Veiller à toujours arroser au sol et éviter dans la mesure du possible de mouiller les feuilles lors de l’arrosage. Pour ma part, la mise en place d’un arrosage automatique avec des micro-asperseurs permet de limiter l’arrosage au pied des plants.

Traitement prophylactique tous les 10 à 15 jours par pulvérisation de décoction de prêles

L’oidium est donc une maladie fréquente au potager et demande une vigilance permanente pour en détecter les premiers signes et y remédier avant qu’elle ne s’étende en supprimant les éléments touchés et en appliquant des mesures de traitement naturel. Et vous, quelles mesures adoptez-vous pour l’éviter ou vous en débarrasser ?

jean-pascal